Le #Shake16, pourquoi y retourner

Le #Shake16, pourquoi y retourner

T’en veux du personna branding ? Tu vas être servi avec cet article en mode « Blogging » façon vieux de la vieille pour le shake event, un des plus grand salon dédié au e-commerce. J’ai pas pris de photo de ce que je mangeais mais j’aurai presque pu ! J’ai pas trouvé de meilleure manière pour rendre compte de cette journée alors « action » !

[mode racontage de life : on] 7h30, déjà dans les bureaux alors que tous mes collaborateurs dorment, car le gros boulet que je suis a zappé le jour férié d’hier et donc obligé de revenir aux aurores pour imprimer son invit et avoir accès à son mail pro. Et quand vous connaissez l’état de la circulation à Aix-en-Provence le matin et le marathon pour se garer, autant dire que le timing était tendu.

Mais pas de soucis, tant bien que mal je me retrouve à l’heure pile à l’entrée du #Shake16, en tant qu’Aixois je connaissais le potentiel du lieu, mais il faut dire que ça en jette. Le grand théâtre de Provence jouit d’un cadre exceptionnel en plein centre de la ville avec un accès aux halles, relativement tranquilles en ces périodes ensoleillées. L’organisation est impeccable, l’accueil parfait, rien à redire. Je me retrouve donc avec un joli sac rose bonbon muni de mon programme et mon plan à arpenter les allées avant la première plénière qui ouvre officiellement le bal.

shake

On se retrouve donc dans l’auditorium, un endroit emblématique parfaitement mis en scène par le staff avec un show à l’américaine et des présentateurs cools à souhait : on est bien dans du e-commerce. Le débat est posé dans cet évent tourné autour du client, un gars du staff de priceminister en guest enfonce le clou de remarques et conseils plus que pertinents.

Le cerveau chauffé je rencontre mes confrères a peine réveillés Camille Gillet et Stéphane Briot que je ne « connaissais » que depuis peu sur les réseaux sociaux (Blab et Twitter), très sympas au demeurant malgré les hyper-sollicitations externes 🙂 qui m’ont d’ailleurs fait zapper le début de la  prestation du SEO local Julien Ringard dans le hall très demandé lui aussi (que je n’ai pu approcher du coup).

julien ringard

Vu que les conférences s’enchainent même entre midi et deux, je profite d’un petit lap de temps pour me poser dans les ruelles aixoises afin d’engloutir un peu à l’avance mon repas de « midi » pause shakedirection maintenant le hall où je rencontre au café Laurent Bourrelly que je connaissais déjà en ayant travaillé avec lui pour la société qui m’emploie, qui s’échauffe avec sa bande de potes seo et son cadreur, pour sa conf’ sur le cocon sémantique. Il me présente alors un spécialiste du Crawl (matière qui était dans ma to-do list de choses à étudier) en insistant bien sur ce chantier. Rendez-vous est pris entre 2 confs pour en savoir plus.

conf-laurent-bourrelly

 

Direction donc la session sur le cocon, et je dis pas ça parce que je connais le bonhomme, mais en toute honnêteté j’ai assisté à la meilleure session de la journée. laurent-bourrellyPeut être était-ce l’authenticité du personnage, la bonne ambiance de la salle où le débat commençait déjà avant l’heure, ou la densité malgré le minuteur restrictif (bon peut être le slide de SEMRUSH aussi)… une approche qui a, au vu de la foule à la fin de la conf’, bousculé des idées en place.

semrush laurent bourrelly

Difficile de choisir ensuite, je me lance alors sur une session dédiée aux réseaux sociaux assez creuse pour ne pas dire décevante, une autre enchainée sur le même thème ayant un problème similaire : difficile de rendre dense des confs si courtes. Et c’est un reproche que l’on peut faire à la plupart des sessions : si vous connaissez bien les sujets, préférez plutôt les creuser hors des sentiers battus. La plupart de celles-ci sont surtout faites pour vulgariser des pratiques ou des outils dédiés aux e-commerçants.

Chose que je ne reproche pas aux plénières par contre, qui étaient de très bonne facture. Rencontre ensuite avec François Goube de Oncrawl, un outil remarquable pour faire un véritable audit technique et marketing de votre site ! De la data qui va appuyer vos propos de SEO ou de directeur marketing sur l’efficacité de votre contenu et de la manière dont il est maillé. Une jolie démo que je vous conseille de regarder de plus près.

J’ai clôture la journée avec des sessions plus intéressantes sur les moteurs internes et l’UX ainsi que quelques rencontres faites ça et là (Responsable Digital la Provence, CIP…) sans parler des quelques têtes que je connaissais déjà (collègues de travail… )ou aperçues mais pas approchées faute de temps d’une conf’ à l’autre (Paul Sanches…)

Au final, une expérience intéressante si vous donnez autant voire plus d’importance aux rencontres IRL qu’aux conférences !

J’ai aimé :

-L’organisation exemplaire

-La gentillesse du Staff

-La bonne ambiance générale

-Le cadre, superbe

-les plénières

-la conf’ de laurent bourrelly !

-Les Guests

J’ai moins aimé :

-Les conférences parfois superficielles et expéditives

-Pas de « vraie » pause déjeuner, on rencontre un peu au hasard,

du coup pas beaucoup de temps pour « creuser » ou faire vraiment connaissance.

-Les stands du hall d’expo qui avaient l’air désert la plupart du temps à cause des confs

-Pas de Wifi et Réseau mobile digne de la Pampa du Pérou

-Le sac rose bonbon qui tuait ma virilité hors du lieu de l’événement 😉

shake-inside

En savoir plus : http://2016.shake.events/

Le #Shake16, pourquoi y retourner
5 (100%) 2 votes

Rétroliens/Pings

  1. Pourquoi privilégier la longue traine en SEO ? - Beetle Seo - blog seo et astuces pour le referencement - […] traine ». Une récente conférence de Laurent Bourrelly avec des données Semrush démontrait qu’en 2016, la long tail était encore…
  2. Le guide des événements SEO 2017 - Beetle Seo - blog seo et astuces pour le referencement naturel - […] qu’il soit orienté ecommerce, le Shake parle aussi des leviers SEO (voir ma revue sur l’édition 2016). C’est un…

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *